Archive de l’étiquette centres de relation client

Parmaroccallcenter.com

Utilisation de Fausse Identités en Centre d’Appels : De quoi s’agit-il ?

Chaque jour, des millions de personnes sont contactées par des agents en centre d’appels. Ces appels proviennent souvent des hotlines, des services d’assistance et autres démarcheurs téléphoniques. A l’autre bout du fil, une personne chaleureuse semble en savoir beaucoup sur vous. Or, très fréquemment, ces agents se présentent sous une fausse identité ou pseudonyme.

Cette pratique est d’ailleurs très mal vue, jusqu’à être confondue pour de l’usurpation d’identité par les plus sceptiques. Pourtant, l’objectif des appels reste honnête. Quoi qu’il en soit, les fausses identités sont utilisées dans presque tous les calls centers.

D’ailleurs, la majorité des services clients est gérée par des prestataires de pays étrangers. De plus, les pays les plus prisés pour les projets d’externalisation sont ceux du Maghreb, Madagascar ou encore l’île Maurice.

Fausse identité : politique imposée par les centres d’appels

Les employés des centres d’appels basés au Maroc sont majoritairement des marocains. Les prénoms que vous retrouverez sont donc principalement Mohammed ou encore Rachida, entre autres. Afin de mettre à l’aise les appelants, les centres de relation client exigent que chaque téléagent se présente sous une identité bien française. Le but est de rassurer l’interlocuteur lors des présentations.

Déjà, la télévente est perçue comme une intrusion dans la vie des gens. Pour que le courant passe plus vite avec le client, des noms typiquement français sont choisis avec précaution. Cette technique apporte plus de cohérence à l’image de l’organisation. Sans ces faux noms, la relation client en serait négativement impactée.

En sus de cela, il arrive parfois que des appels doivent être effectués par un responsable de la compagnie. Faute de temps, cela n’est pas toujours possible. Du coup, ce sont aux téléagents d’effectuer ces appels. Par exemple, on leur donne une liste de personnes à contacter dans un but particulier. Par conséquent, ces agents se font passer pour le directeur ou la responsable de communication. Ainsi, les interlocuteurs se sentent privilégiés croyant qu’un haut cadre de l’entreprise les a contactés en personne.

Du côté des téléagents

Même si cette pratique leur est imposée, les agents, eux, n’y sont pas pour autant contre. Prendre des pseudos est pour eux un outil leur permettant d’être plus à l’aise lors du démarchage téléphonique.

Très utiles aux télévendeurs, ces fausses identités leur permettent de faire preuve de détachement face aux insultes. Évidemment, lors des démarchages téléphoniques, il leur arrive de tomber sur des clients mécontents. Par conséquent, ils utilisent ces pseudos pour tenir le coup car ils ne se sentent pas directement visés.

De plus, les téléagents ont un nombre préétabli de personnes à contacter. Par conséquent, l’utilisation des fausses identités permet le bon déroulement des appels. Les clients ne les interrogent pas sur leurs origines. Ainsi, les agents arrivent à atteindre leurs buts plus rapidement.

Téléacteurs : chaque identité rime avec un rôle spécifique

Saviez-vous que les téléagents sont en fait des téléacteurs ? Eh bien, figurez-vous que si. Voyons donc comment leur rôle est important.

D’abord, il arrive que les centres d’appels exigent que leurs agents à effectuer différentes opérations dans la même journée. En d’autres mots, les téléagents passent des émissions à la réception d’appels. Par exemple, pendant les périodes creuses, les téléconseillers deviennent temporairement télévendeurs, et vice versa. Cette méthode permet d’augmenter leur productivité et leurs compétences.

Toutefois, pour que ces échanges se déroulent au mieux, ces agents doivent être suffisamment à l’aise. C’est pourquoi ils adoptent de multiples identités. Par exemple, c’est ainsi que se présente à vous Marion pour le service de conseil client. Vous la reconnaissez de par son calme et son sens de l’écoute lorsque vous lui expliquez votre plainte. Pour la télévente, vous aurez Hélène, plus joviale tout en étant professionnelle, au bout du fil. Or, dans les deux cas, vous avez en fait affaire à Rachida. Dans les deux cas, le professionnalisme est toujours au rendez-vous.

Inutile de vous étonner, la plupart des téléagents procèdent de la même façon que Rachida. D’ailleurs, c’est grâce à ces fausses identités qu’ils sont capables d’être polyvalents. Car il est très facile de s’embrouiller parmi les différentes campagnes. Ils doivent quand même faire preuves de compétences en fonction du type d’opération. Heureusement, endosser différents rôles leurs permettent d’avoir confiance en eux-mêmes.

Cependant, même si les faux noms sont couramment utilisés, les centres d’appels reconnaissent facilement leurs agents. En effet, chaque téléagent dispose d’une signature électronique. Il est alors facile de les identifier peu importe l’opération qu’ils effectuent.

Comme vous avez pu le constater, les téléagents utilisent les fausses identités comme outil de travail. Donc, nul besoin de s’alarmer, ils n’ont aucune intention de vous arnaquer. Simplement, ils ont des objectifs à atteindre et ne veulent pas s’attarder sur les présentations. Imaginez comment cela complique leur tâche s’ils doivent s’éterniser sur cette étape à chaque appel. Désormais, lorsque vous aurez affaire à des téléagents, soyez plus indulgents envers eux car, après tout, ils ne font que leur travail.  

Plus d’infos sur les call centers marocains

Vous envisagez d’externaliser la gestion de votre relation client au Maroc ? Ou  monter votre propre centre d’appels ? N’hésitez pas à nous contacter. Nous sommes joignables au +33 1 84 79 28 20 ou sinon écrivez-nous sur notre site web. Nous pouvons vous assister dans vos projets d’externalisation ou encore vous aider dans vos démarches pour monter votre centre d’appels au Maroc.

Parmaroccallcenter.com

Centre D’Appels Anticorruption Au Maroc

Anticorruption : un centre d’appel pour contrecarrer les actions frauduleuses

Après le numéro vert anticorruption, le lancement d’un centre d’appels au Maroc en vue de lutter contre la corruption est imminent.

Il faut rappeler que les méthodes traditionnelles de dénonciation (plaintes directes) permettent, tous les ans, de signaler 7 000 cas de corruption. Toutefois, le numéro vert est un service complémentaire qui a déjà fait ses preuves.

Selon le ministère de la Justice, lors de la présentation de son budget sectoriel pour l’année 2018, 31 personnes ont été condamnées grâce au numéro vert anticorruption entre le 25 juin 2015 et fin septembre 2017.

Les opérations qui « ont échoué » sont dues au fait que « le plaignant a cessé de collaborer » ou parce que le répondant n’a pas accepté le pot-de-vin, précise le ministère.

Et l’on prévoit un service encore plus performant par l’intermédiaire d’un centre d’appel dédié. Le titulaire du portefeuille de la Justice a fait savoir que le projet est en cours d’exécution après avoir fait l’objet d’un marché public.

Ce dispositif a pour but de remédier aux inconvénients du numéro vert. En effet, la ligne reçoit en moyenne entre 1 000 et 2 000 appels téléphoniques et étant donné le nombre limité de magistrats (3 seulement en ligne), trop d’appels restent en attente. La gestion devient pénible ; qui plus est, l’objet de l’appel est souvent incohérent au service proposé par le numéro vert.

Avec la mise en place de ce centre d’appels, « une quinzaine de personnes feront office d’intermédiaires entre les magistrats et les appelants. L’objectif est de filtrer les appels, pour n’en garder et ne nous transférer que ceux qui relèvent de la corruption », avait confié l’un des magistrats responsables du numéro vert anticorruption, en 2016.

En somme, le secteur des centres de relation client continue à s’enrichir de nouveautés au Maroc. Pour plus de renseignements sur la création d’un centre de contact sur le territoire marocain, contactez-nous.

Source : https://www.medias24.com/maroc/droit/178808-numero-vert-anti-corruption-31-condamnations-en-2-ans-un-centre-d-appel-pour-bientot.html