Archive de l’étiquette transformation digitale

Parmaroccallcenter.com

Le métier de la Relation Client au profit du secteur Bancaire

De nombreux métiers ont été créés avec l’essor du numérique. Cela place la relation au centre des préoccupations des entreprises. Le secteur bancaire n’a pas échappé à la transformation digitale de ses services.

Par ailleurs, le domaine de la finance et de la banque intéressent les jeunes diplômés. Mais les critères d’appréciation ne sont plus ceux d’antan. Aussi, ces passionnés se tournent davantage vers notre métier pour se spécialiser dans les relations clients à distance. Et ce, sans définitivement s’éloigner du secteur bancaire.

Un métier spécifique pour des besoins spécifiques

L’entrée du numérique dans le secteur bancaire a transformé les besoins des clients. En effet, ces derniers sont de plus en plus exigeants sur le point de l’instantanéité. Parallèlement, l’émergence des FinTech oblige les banques traditionnelles à revoir leur politique sur la relation client.

Aujourd’hui, l’on assiste à une génération de clients hyper connectés. Ils vont de moins en moins dans les agences physiques et préfèrent tout faire à distance. C’est pour cette raison que nous avons le télé-conseil bancaire au cœur de notre métier.

Notre centre d’appels dispose d’une plateforme dédiée à l’accompagnement et aux réclamations client des établissements bancaires. Elle s’occupe principalement d’une prestation en accueil téléphonique et en permanence téléphonique. Nos clients apprécient beaucoup ce service, car nous fournissons l’aide nécessaire à leurs clients même quand ils sont fermés.

La relation client devient alors un critère qui nous permet de vous démarquer des autres établissements financiers. Ainsi, pour vous rapprocher davantage de vos clients, nous nous plaçons au cœur de votre stratégie marketing.

Des formations de plus en plus spécialisées

Le métier de la relation client ne se limite plus aujourd’hui à suivre des scripts d’appels préétablis. Les banques recherchent en effet activement des profils avec des notions plus techniques sur la matière.

Outre les qualités relationnelles de nos agents, ils sont en possession d’un diplôme technique. Cela leur permet d’assurer au poste de téléconseiller spécialisé dans le domaine financier.

Ils font ainsi aptes à mieux comprendre les appelants, et peuvent leur fournir des conseils plus efficaces. Les agents qui travaillent au sein de notre centre d’appels possèdent de fortes connaissances du secteur bancaire. Ce qui réduit considérablement leur temps de traitement pour chaque appel entrant.

Des offres d’emplois aux métiers moins généralistes

Sur le marché de l’emploi du secteur bancaire, on rencontre plus d’experts au poste de la relation client. Cela se remarque notamment dans le domaine du back-office et de la gestion. Cette recrudescence des professions généralistes s’explique par le fait qu’un téléconseiller doit connaitre et maitriser à la perfection son métier. Il doit être polyvalent et adaptable, selon les réglementations en vigueur.

En outre, les candidats mettent la barre assez haute concernant les compétences. D’ailleurs, ils poussent les recruteurs à rechercher des profils aux postes de fusion-acquisition, plus techniques et plus intellectuels. Avec une formation spécialisée, les jeunes diplômés peuvent aspirer à des postes purement techniques à la sortie de l’école.

Pour vous adapter aux nouveaux changements du secteur bancaire, le recours à nos services s’avère indispensable. Notre équipe d’experts en nouvelle technologie et de services en ligne est en mesure de satisfaire la nouvelle génération de consommateurs.

Pour plus d’informations

Travailler en tant que téléconseiller pour un établissement financier requiert de fortes connaissances en la matière. Dans notre call center, nous avons des collaborateurs spécialisés dans la relation client des banques. L’équipe commerciale est rodée pour fidéliser votre portefeuille client et apporter une valeur ajoutée à votre structure. Durant l’interaction, nos agents sont capables de gérer une clientèle insatisfaite et de développer une relation de confiance en toute circonstance. N’hésitez surtout pas à prendre contact avec nous au  +33 1 84 79 28 20 ou directement sur notre page Web.

Parmaroccallcenter.com

TIC: Oxford Business Group s’intéresse au Maroc

Selon une analyse publiée par le think tank britannique Oxford, les efforts de l’État Marocain visent à promouvoir le royaume comme une destination propice aux investissements étrangers. Mais encore, son secteur des TIC est devenu encore plus compétitif depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle loi concernant la transparence et la régulation du secteur.

La nouvelle Loi n°121-12 a été émise dans le Bulletin Officiel du 18 février 2019. Elle vise à apporter des améliorations sur trois niveaux afin de bénéficier à la fois aux citoyens et au climat des affaires.

Les réformes de la Loi n°121-12

Avant tout, la nouvelle loi a pour but de veiller à la protection des consommateurs. De ce fait, les fournisseurs de services de télécommunication devront faire davantage preuve de transparence dans leurs offres. Pour cela, ils devront revoir leurs contrats d’offres en y inculquant des explications claires pour une meilleure compréhension.

Puis, des améliorations seront aussi apportées à rendre le secteur des TIC de l’État Marocain plus compétitif. Pour cela, les opérateurs de télécommunications devront désormais partager leurs facilités infrastructurelles afin de bannir toute pratique monopolisante dans ce secteur. D’autre part, la nouvelle loi encourage tous les fournisseurs à collaborer ensemble pour desservir les zones reculées du Maroc.

Enfin, la troisième amélioration vise à réguler juridiquement les pratiques des entreprises. Pour cela, l’Agence Nationale de Règlementation des Télécommunications (ANRT) veillera à ce que les pratiques anticoncurrentielles soient bannies. Cette fois-ci, la nouvelle loi ne consistera plus à lancer des procès en cours mais à sanctionner les pratiques non-règlementaires dans l’immédiat.

Le secteur TIC marocain en hausse

Au royaume, le secteur des TIC est en pleine maturité depuis la libéralisation des années 90. Comme l’atteste le rapport publié par Hootsuite et We Are Social, en Janvier, le taux d’utilisateurs connectés à Internet s’élevait à 62%.Mais encore, selon la GSMA, le taux d’utilisateurs connectés à Internet depuis leurs smartphones s’élevait à 70% en 2018.

En effet, ces chiffres reflètent le potentiel de croissance pour le Maroc. Cependant, le marché des télécommunications est régi par trois opérateurs importants. Or, suite à la nouvelle loi, l’ANRT aura du fil à retordre pour ouvrir le secteur marocain à plus de compétition.

Parmi les opérateurs au Maroc, on retrouve Maroc Telecom en tant que principal acteur du secteur détenant de 42,3% des parts de marché. En deuxième position se trouve Orange Maroc avec 29,6% et enfin, on retrouve Wana Corporate et son opérateur de téléphonie mobile Inwi détenant 28,1%.

Le nombre d’abonnés marocains en pleine croissance

En 2018, Maroc Telecom affichait une augmentation de 3,4% totalisant ainsi 22,4 millions d’abonnés à Internet. Mais encore, son taux dabonnés pour la téléphonie mobile a augmenté de 2,9% tandis que ses services d’Internet mobile ont enregistré une hausse de 14,2%.

Le nombre d’abonnés au téléphone fixe de Maroc Telecom a aussi augmenté de 5,4%, représentant 1,8 million d’abonnés tandis que celui pour le haut débit fixe s’élevait à 8,9%. Ce qui représente un total de 1,5 million d’abonnés.

Quant à Orange Maroc, lui, a enregistré une hausse moins soutenue d’abonnés pour ses services mobiles, s’élevant à 0,5% en 2018. Ce qui représente 12,8 millions d’abonnés. Les recettes du groupe ont aussi progressé de 6,2%.

Pour ce qui est de son collaborateur Inwi, son taux de croissance s’élevait à 12,3% pour ses services mobiles en juin 2018. Ce qui représente 10,5 millions de clients.

La Banque Mondiale offre son soutien au Maroc pour sa transformation digitale

Depuis la mise en place du Plan Maroc Digital 2020, tous les efforts sont mis dans le but de populariser l’accès à Internet. En effet, cela permettrait de promouvoir la digitalisation et les entreprises opérant dans le secteur marocain des TIC. A noter qu’une telle avancée permettrait de décupler le développement économique de l’État marocain.

Pour cette raison, l’État marocain a pu accéder à un prêt de la Banque Mondiale en Février. Ces fonds estimés à plus 611 millions d’euros serviront à accélérer la transformation digitale sur tout le territoire marocain.

Ce consensus est le résultat d’une collaboration entre le Maroc et la Banque Mondiale visant à tirer profit du potentiel des TIC du royaume. A noter que le secteur marocain des télécommunications a le potentiel de faire avancer l’entreprenariat ainsi qu’à développer l’e-gouvernement. Mais encore, il en résulterait plus d’optimisation et d’innovations permettant la croissance générale du pays.

Des réformes apportées afin de retenir les talents marocains

La fuite du capital humain national est un challenge à la mise en place du Plan Maroc Digital 2020. En mars, la présidente de la Fédération Marocaine des Technologies de l’Information, des Télécommunications et de l’Offshoring (APEBI), Saloua Kakri Belkeziz, a déclaré à la presse marocaine qu’une douzaine d’ingénieurs en informatique étaient embauchés par des sociétés étrangères tous les 15 jours.

Pour la résolution de ce problème, l’APEBI a décidé de collaborer avec l’Agence Nationale de Promotion de l’Emploi et des Compétences (ANAPEC) pour proposer des sessions de formations en TIC. Ces programmes de formation dureront neuf mois et seront proposés aux détenteurs d’un diplôme de License scientifique.

Selon l’ANAPEC, cette formation de reconversion permettrait à plus de 2000 diplômés scientifiques de développer des compétences pour travailler dans le secteur de l’informatique.

En plus des actions menées pour encourager le développement des compétences de sa population active, le Maroc tente d’attirer les talents étrangers pour améliorer son secteur des TIC. Pour cela, le royaume a revu sa procédure d’obtention de visa de travail envers les experts en informatique en réduisant le délai à 48 heures. Mais encore, les frais de dossiers on été aussi réduit de 5000 dirhams (461 euros) à 1500 dirhams (138 euros).

Ce que vous propose Maroccallcenter.com

Comme vous pouvez le constater, le marché des télécommunications au Maroc est en pleine expansion. Maroccallcenter.com est un des principaux acteurs en matière de prestations de télémarketing. Nous collaborons avec des experts et des spécialistes de la relation client afin de fournir les meilleures solutions aux entreprises.

Besoin de nous contacter ?

Pour faire appel à nos conseils et services, faites le +33 1 84 79 28 20. Vous pouvez également nous écrire directement sur notre site Web. Nous vous mettrons en relation avec nos collaborateurs.

 

 

Article Source – https://www.infomediaire.net/secteur-des-tic-oxford-business-group-decortique-le-marche-marocain/